Je veux devenir interprète

17/10/2019

Je veux devenir interprète. Est-ce que c'est un métier difficile ? Comprendre le sens derrière les mots, traduire le message et non les phrases, et ce, en même temps qu’on écoute la suite… cela n’est pas facile ! Effectivement, le visage de cette interprète italienne traduisant les paroles de Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche en dit long !

interprète italienne

Devenir interprète : âmes sensibles s’abstenir !

Interpréter est un processus complexe. Il ne s’agit pas d’une tache mais de plusieurs effectuées simultanément. On ne fait pas de la traduction mot à mot à l’oral. Au contraire, il s'agit plutôt de jongler plusieurs fonctions cognitives : écouter, mémoriser, parler. Plus on prend du retard dans le travail par rapport à ce qui est dit, et plus le cerveau doit travailler pour retenir l’information afin de la transformer. Il est donc essentiel de ne pas prendre trop de retard pour ne pas voir baisser la qualité des traductions. Or, toute la difficulté est là. Car pour bien faire, il faut aussi savoir quand il faut se ralentir et s’écarter des mots prononcés afin de produire une traduction élégante. C’est là que repose la maîtrise de l’art de l’interprétariat, et ce qui distingue un interprète d’un bon interprète.

interprète cerveau bilingue

Le cerveau de l’interprète modifié par son activité

Le cerveau de l’interprète garde les traces de ce métier complexe et exigeant. Si le langage est la faculté la plus complexe chez l’être humain, la traduction simultanée se trouve en haut de la pyramide des fonctions linguistiques et exécutives. La preuve de cette complexité ? Elle va jusqu’à modifier les circuits du cerveau humain, et ce même lorsque le cerveau est au repos ! En effet, les exigences cognitives lors de l’interprétation simultanée augmentent la communication neuronale entre les régions préfrontales, une empreinte détectable même au repos. Fascinant, n’est-ce pas ?

De plus, on a détecté chez les personnes bilingues une capacité accrue de mémoire à court terme afin de retenir de nombreuses informations pendant une courte durée. Plus on exerce cette capacité, plus elle s’assouplit et s’adapte à la quantité d’informations que l’on a besoin de retenir. En effet, les fonctions cognitives des personnes bilingues sembleraient améliorées et plus protégées contre la démence. Juste un autre avantage d’être bilingue !

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire